Kalyndra

Quel est ton nom et/ou nom d’artiste ou les deux ?

Audrey dans la vie de tous les jours et Kalyndra lorsque je suis sur scène.

Ton job ?

Je mène une double vie de prof. Je suis enseignante en langues (espagnol, italien, français), et je donne également des cours de danses aériennes (pole dance, hamac aérien et cerceau aérien) et de danse orientale depuis 2 ans et demi.

Depuis quel âge pratiques-tu la danse ?

Oups ! Joker !

Non, allez, après tout, je suis là pour dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité 😉.

J’ai toujours eu de l’intérêt pour la danse (j’y reviendrai un peu plus loin) mais je me suis découvert une véritable vocation pour elle à l’âge de… 31 ans !

J’ai à présent 6 ans de danse derrière moi, 6 ans de passion et de pur bonheur qui m’ont énormément apporté artistiquement et humainement.

Le chemin est encore long mais c’est ça aussi que je trouve génial dans la danse : c’est que l’on n’a jamais fini d’apprendre et de faire de belles rencontres…

Quelles danses pratiques-tu actuellement ?

Je pratique actuellement la pole dance ainsi que le hamac aérien et le cerceau aérien, qui sont des disciplines issues du cirque. Je pratique également la danse orientale ainsi que le tribal fusion.

J’aimerais beaucoup en pratiquer d’autres (contemporain, hip-hop, voguing, tango…) mais il paraît que les journées ne durent que 24h… Ou alors, il faudrait que j’arrête de bosser 😂!

Tu as pratiqué d’autres danses avant ?

Oui, cela fait maintenant 6 ans que j’ai intégré pleinement la danse à mon mode de vie, mais j’ai eu l’occasion de tester d’autres danses que celles où j’évolue actuellement.

En y réfléchissant bien, je pense que j’ai toujours aimé danser, même si c’est devenu une véritable vocation que bien plus tard.

Quand j’avais 4-5 ans, mes grands-parents m’avaient montré des vidéos de spectacles de danses folkloriques polonaises.

J’avais été totalement subjuguée par ces danses et les costumes.

Du coup, je pouvais passer des heures devant l’écran à essayer de reproduire tous les mouvements que je voyais en même temps que les danseurs.

Ma grand-mère avait même fini par me confectionner mon propre costume tellement j’étais impliquée !

J’ai pris quelques cours de modern jazz quand j’étais enfant mais je n’en ai que peu de souvenirs.

Dans mon parcours sportif, j’ai pratiqué l’équitation pendant 11 ans, y compris en compétition, et j’ai notamment découvert les reprises libres en musique (RLM).

J’avais totalement accroché à ce concept qui consistait à associer plusieurs musiques et à les adapter en fonction des allures et des figures pour au final danser avec le cheval. Avec du recul, je pense que mon intérêt pour la danse et le domaine artistique en général a réellement grandi lors de ma période équestre.

Plus tard, j’ai fait un an de salsa, et j’ai pris également quelques cours de hip-hop, danse contemporaine, samba, kizomba lady styling, dance hall et street jazz. J’ai eu aussi l’occasion d’aborder la danse dans le cadre de cours de fitness (zumba, sh’bam, body jam)…

Sinon, la danse freestyle lors des soirées endiablées en boîte de nuit, ça compte ? 😂

Comment es-tu arrivé.e à la danse tribale ?

C’est une très bonne question ! Alors accrochez-vous, car le chemin est loin d’être linéaire…

Je pratique la danse tribale depuis deux ans seulement. Du coup, ce sont d’autres danses qui m’ont menée doucement mais sûrement vers elle.

J’ai découvert la pole dance il y a 6 ans complètement par hasard. Je suis très vite devenue accro à cette danse. Je trouvais très grisant le fait de virevolter autour d’une barre et de ne plus avoir les pieds sur terre, une vrai sensation de liberté… Malheureusement, je me suis blessée au bout de deux mois, ce qui a impliqué pas mal de remises en questions.

J’ai donc pensé que finalement, je n’étais peut-être pas promise à un grand avenir de poleuse mais j’avais quand même envie de continuer à danser.

Du coup, je me suis dirigée vers la danse orientale. J’avais auparavant découvert cette danse à travers un reportage et cela m’avait fascinée.

Je me suis dit : il faudra que j’essaye un jour… C’était le bon moment vu que j’étais en pause par rapport à la pole dance.

Ensuite, j’ai commencé à suivre des cours de danse orientale avec Nadia Fennane et j’ai tout de suite été séduite par le côté envoûtant de cette danse qui demandait également beaucoup de précision technique.

Une fois remise de ma blessure, j’ai donc pratiqué en parallèle la pole dance et la danse orientale (après tout, pourquoi choisir entre les deux?) et j’ai fini par les fusionner.

Je trouve ces deux danses très complémentaires, entre le côté aérien de la pole et le côté terrestre de la danse orientale.

De plus, grâce à cette dernière, j’ai appris des bases solides applicables à toutes danses et j’ai pu ainsi les transposer à la pole pour fluidifier mes transitions entre les figures.

Bon, vous allez me dire : et la danse tribale, dans tout ça ? J’y arrive 😉…

Je suis régulièrement sur Annecy des stages mensuels de danse orientale organisés par Sylvia Sahar.

Lors d’un stage, Sylvia a invité Cora Guilmot, professeure de tribal fusion dans la région grenobloise, afin de nous faire découvrir un nouveau style de danse dérivé de la danse orientale.

J’ai eu un véritable coup de cœur pour ce style qui offre de nombreuses formes d’expression tout en conservant le côté sensuel de la danse orientale.

Avant de découvrir le tribal fusion, j’aimais beaucoup mélanger les styles de danse.

J’avais eu notamment l’occasion de créer des chorégraphies mêlant la pole dance et la danse orientale.

Du coup, je me reconnaissais parfaitement dans cette danse qui intégrait directement dans son appellation le concept de fusion.

C’est ainsi que depuis deux ans, je prends régulièrement des cours privés de tribal fusion à Genève avec Odonata et Maya Quiminal.

Je me forme également à travers des stages sur Genève et en région Rhône-Alpes, ainsi qu’en autodidacte.

En résumé, je suis arrivée à la danse tribale en passant par la pole dance, une blessure, de multiples interrogations, et enfin, la danse orientale…

Voilà ! Le chemin a été un peu sinueux, mais après tout, pour arriver à une danse caractérisée entre autres par de jolies ondulations, peut-être ne pouvait-il pas en être autrement…😉

Tu pratiques quels styles ?

Je pratique essentiellement le tribal fusion.

Grâce à Odonata et Maya, j’ai quelques notions d’ATS® et d’Indian tribal fusion. J’aime beaucoup aussi le style urban fusion, que j’ai découvert notamment avec Mell de Tribal Bounce et Polina Shandarina.

Sinon, j’essaie de créer mon propre style en incorporant le tribal fusion aux danses aériennes dans mes chorégraphies.

Si tu devais te donner une spécialité par rapport à cette pratique ?

Je dirais que ma spécialité consiste à fusionner les styles, notamment les danses aériennes avec la danse orientale ou le tribal fusion.

La danse m’offre un espace de liberté et de créativité dans lequel je peux m’évader, raconter des histoires tout en partageant mes émotions, être moi-même.

J’aime bien faire tomber les barrières entre les différentes danses pour mieux les fusionner et créer ainsi quelque chose d’inhabituel et hybride.

Quand je crée une chorégraphie de « pole orientale » ou « pole tribale », j’aime me creuser les méninges et passer du temps à voir comment je pourrais « orientaliser » ou « tribaliser » mes figures de pole de façon à ce que les deux danses ne fassent plus qu’une, à voir comment je pourrais incorporer joliment un voile de danse orientale à une barre de pole dance ou un cerceau…etc.

Un travail de recherche artistique sans fin, mais que j’aime par-dessus tout !

Ceci étant, je ne fais pas que des chorés « fusion » : j’apprécie aussi travailler les danses que je pratique en tant que telles.

Sinon, j’aime beaucoup danser avec le voile, qui est mon accessoire de prédilection.

J’ai profité de la période de confinement pour explorer de nouvelles formes d’expression, notamment à travers le sabre, le veil poï et les fan veils… des accessoires que j’ai bien envie de continuer d’exploiter… Cela laisse de belles perspectives pour de nouvelles créations chorégraphiques 😉.

Enfin, dans ma pratique de la danse, en dehors de créer des chorégraphies, j’aime accorder une place toute particulière à l’impro car cela me permet de vraiment lâcher prise et d’exprimer pleinement ce que je ressens à tel ou tel moment. Ce travail sur l’impro m’a permis d’évoluer et de progresser dans ma danse au niveau de l’interprétation.

Tu fais partie de quelle tribu ?

Onde Tribale ! Une magnifique découverte (merci Meije !!) que j’ai faite pendant le confinement et une tribu dans laquelle je me sens très bien !

Par ailleurs, je donne des cours de danse orientale depuis environ 2 ans. J’ai ainsi un petit groupe d’élèves très assidues et très motivées qui s’est constitué.

On verra si ma petite troupe, que j’ai baptisée Orient’Alma, va s’agrandir dans les années à venir…

Quelles sont tes autres passions ?

Les langues et cultures étrangères, les voyages, la nature, le ski, les sports nautiques.

Je profite notamment de l’été pour surfer les vagues de ma Bretagne natale.

Et oui, encore une histoire d’ondes! 😉

Où peut-on voir ton/votre travail ?

Sur mon compte Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100010538462394

https://www.youtube.com/channel/UCHtVI9gNTmg8F_idbt8LOOw/featured

Un mot de la fin ?

Quel que soit le style de danse que l’on pratique, l’essentiel est de se faire plaisir, de vibrer, de faire vibrer…bref, de partager des ondes (tribales) positives !!

« If you dance with your heart, your body will follow. » – Mia Michaels


Restez informé·e du projet et rejoignez les 154 autres abonné·es.

Nadir

Quand la photo rencontre la danse tribale, les passions se mélent et donne naissance aux projets. Après toutes ces belles images qu'elle a su m'apporter, je me suis demandé si un jour je pouvais essayer d'apporter quelques chose à cet univers en retour. Nous verrons cela ensemble ;-)

Laisser un commentaire