Audrey Coubo – Kali Sempra

  • Post author:
  • Post category:Les interviews
  • Post comments:0 commentaire
  • Post last modified:17 août 2020
  • Reading time:8 min(s) read

Quel est ton nom et/ou nom d’artiste ou les deux?

Audrey Coubo.

Ton job ?

Je suis archéo-anthropologue.

Je suis donc une archéologue spécialisée dans la fouille, ainsi que l’étude des tombes et des squelettes humains qu’on retrouve sur les sites archéologiques (et quand je travaille à la maison, Oscar-Colette est mon fidèle assistant).

Depuis quel âge pratiques-tu la danse ?

J’ai commencé la danse à 3 ans et demi à la MJC de Champanges (Haute-Savoie), village où j’ai grandi !

Quelles danses pratiques-tu actuellement ?

En ce moment je pratique surtout les danses fusionnées mais je pratique aussi la danse du “n’importe quoi tant que c’est dans le rythme” assez souvent pour décompresser !

Tu as pratiqué d’autres danses avant ?

Oui, j’ai donc commencé par le Modern Jazz jusqu’à mes 18 ans.

C’est d’ailleurs la prof que j’ai eu pendant une dizaine d’année qui m’a montré qu’on pouvait raconter des histoires par la danse. Mais en Terminale j’étais dans un groupe d’avancées dont certaines étaient pré-professionelles.

Elles avaient un état d’esprit assez pourri et ça m’a dégoûtée du milieu.

Donc lors des 5 ans que j’ai passé à Lyon par la suite j’en ai profité pour m’inscrire à un cours de danse classique pour adulte ou l’ambiance était plus sereine.

Durant cette période j’ai aussi fait partie d’un cortège médiévale où j’ai appris quelques danses de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance et j’ai participé à un cours de hip-hop à la fac durant lequel le prof nous a fait découvrir plein de styles différents.

En 2012, j’ai déménagé à Bordeaux et c’est à ce moment-là que je suis partie à la découverte du monde des danses Fusion !

J’ai aussi fait un cours de Hoopdance avec Even pendant une année et depuis je m’entraîne dans mon jardin, mais je ne me rappelle pas de grand chose !

Comment es-tu arrivé.e à la danse tribale ?

Je sais que j’ai été attirée par les danses orientales quand j’étais petite et ado, mais je n’avais jamais tenté de prendre des cours.

La première fois que j’ai lu quelque chose sur la danse tribale, c’était sur un site parodique qui parlait des métalleux avec un article qui présentait “de la danse du ventre sur du métal” (bon diou que ce titre me semble péjoratif !).

C’était le trailer du DVD “Gothic Bellydance : Revelations instant video”.

Je sais que j’avais été intriguée, en particulier par Ariellah.

Puis fin 2009, je suivais le blog de Tiffanie Uldry qui était en même année que moi à Emile Cohl, où elle présentait la danse qu’elle faisait, avec de nouveau une vidéo d’Ariellah si je ne me plante pas !

Je ne faisais que regarder de loin cet univers car je ne me sentais pas assez “jolie” pour en faire partie (si si je pensais que ça pouvait être un critère pour avoir le droit de danser ou non …).

En 2012, au détour d’une discussion sur un forum on m’a parlé des Unmata et j’ai tout de suite adoré la dynamique de l’ITS.

Je pense que le côté danse de groupe m’a beaucoup rassurée.

Suite à une discussion avec Tiffanie et les membres du forum j’ai appris qu’il y avait un festival en France cette année-là où il y avait justement les Unmata : c’était le Tribal Umrah à Rennes !

En plus on m’a dit qu’il y avait la big boss Rachel Brice et d’autres danseuses très connues qui y allaient.

Je suis donc partie en totale aventurière, je ne connaissais personne, je devais loger avec Charlotte qui faisait partie du forum et venait du Japon.

Bref, une vraie aventure !

C’était magique !!!

J’ai fait mon tout premier stage avec Mell et je me suis dit “Je veux faire cette danse toute ma vie !”.

Ce qui m’a frappée aussi, c’était l’accessibilité des danseuses les plus reconnues, en particulier le soir du pic-nique où on étaient tous mélangés avec les professeurs.

Ce festival a donc été le départ d’une nouvelle passion pour la danse !

J’ai eu la chance de déménager à Bordeaux à ce moment là et de pouvoir prendre des cours avec plusieurs professeurs : Alienor Tribal, Alina de la Comédie Tribale, Angélique d’Ausatinrouge, Aurélie de Kali Sempra et Even dew, au cours des presque sept années que j’y ai passé !

On a aussi formé notre troupe Kali Sempra avec les coupines et j’ai eu l’occasion également de prendre des cours avec Déborah de Djinn Circus lorsque je travaillais ponctuellement à Lyon.

Après plusieurs années avec moults formations à l’aide des DVDs, des stages et intensifs à foison, un abonnement à Datura Online ainsi qu’au Patreon de Kami Liddle et une inscription à plusieurs cours en ligne depuis le début du confinement, je commence à songer à ouvrir mes propres cours dans mes montagnes d’origines !

Tu pratiques quels styles ?

Je fais donc surtout du Tribal Fusion (nom qui va bientôt changer je pense) et je suis inscrite à plusieurs formations certifiantes.

Je suis aussi en train de tenter de passer les niveaux 1 et 2 d’ITS (mon rêve depuis 2012).

J’ai mis le format FCBD® un peu de côté car je n’ai plus les coupines pour le pratiquer mais grâce à Zoom j’ai pu les retrouver pour danser durant le confinement !

Si tu devais te donner une spécialité par rapport à cette pratique ?

J’adore raconter des histoires par la danse ainsi que véhiculer des messages important pour moi, je dirais donc l’expression.

Il est important pour moi que les émotions ou l’histoire que je cherche à partager soient compréhensibles et crédibles, c’est pourquoi je travaille avec mon frère et une amie qui font du théâtre pour les améliorer.

C’est pour ça aussi que j’aime beaucoup la Dark Fusion, mais les sujets et thèmes de chorées que je fais peuvent être très variés.

Il y a juste quand j’improvise parfois où j’aime bien juste suivre le feeling de la musique.

Tu fais partie de quelle tribu ?

Des Kali Sempra même si maintenant je vis à 750 kilomètres de la troupe, sinon ben pour l’instant je suis une troupe à moi toute seule avec mes multiples personnalités ! 😀

Quelles sont tes autres passions ?

J’aime faire beaucoup de choses et je m’éparpille très vite mais mon métier et la danse me prennent déjà beaucoup de temps et me comblent très bien.

On peut dire que mes autres passions sont : manger, la montagne, m’occuper de mes plantes et de mes chats, me balader, faire du hoop avec les 3 mouvements que je connais, me raconter et lire plein d’histoires, écouter de la musique et en découvrir des nouvelles, apprendre comment notre monde et notre corps fonctionnent, apprendre de nouvelles langues même si je n’en retiens que 3 mots, collectionner n’importe quoi et essayer d’apprivoiser n’importe quel animal.

Où peut-on voir ton/votre travail ?

Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCDnvRF6NI5yKITGvdGJcTjA
Facebook (bientôt je vais créer une page spéciale) : https://facebook.com/darkycoubo
Instagram : https://www.instagram.com/darkycoubo/
TikTok : @darky_coubo

Un mot de la fin ?

Le première chose qui m’a plu dans le monde des danses fusionnées c’est l’esprit de partage et de bienveillance.

J’aime beaucoup ces danses car j’ai vu beaucoup de personnes s’épanouir en les pratiquant et je suis certaine qu’elles peuvent aider beaucoup de monde.

Je suis vraiment ravie des rencontres que j’ai pu faire au gré des cours et festivals et j’adore faire la connaissance de nouvelles danseuses et de nouveaux danseurs.

J’ai beaucoup grandi et évolué grâce à cette communauté, c’est également mon moyen d’expression préféré car je sens que je peux avoir une très grande liberté mais également que je peux suivre la musique au plus près avec les mouvements que j’ai appris.

De plus, j’adore quand j’essaie de comprendre comment fonctionne mon corps grâce à cette pratique.

J’ai également extrêmement peur de le faire au détriment des cultures auxquelles nous avons emprunté les gestes et les éléments de costume, j’aime beaucoup les réflexions qu’il y a en ce moment car ça me fait me poser des questions sur comment pratiquer ces danses hybrides sans être irrespectueuse.

Je suis convaincue qu’un art comme la danse est un art d’échange où des ponts, des partages et des fusions peuvent se faire pour un flot continu de créativité.

Je pense aussi qu’il est très important de ne pas oublier d’où les mouvements viennent et qu’il reste important de se cultiver à propos de ça.

Bref, la réflexion est toujours en cours!

Nadir

Quand la photo rencontre la danse tribale, les passions se mélent et donne naissance aux projets. Après toutes ces belles images qu'elle a su m'apporter, je me suis demandé si un jour je pouvais essayer d'apporter quelques chose à cet univers en retour. Nous verrons cela ensemble ;-)

Laisser un commentaire